Dreamclass

Dreamclass

American Staffordshire Terrier



SANTE

 

 L’American Staffordshire Terrier est un chien qui n’a pas de problème de santé en général au sens stricte du terme, c’est un chien robuste, « dur » à la douleur et si celui-ci est malade, à moins de bien observer et connaître son chien, on risque de ne pas voir qu'il est malade.

  Avant toute chose, il faut absolument que votre chien soit vacciné, protection indispensable et minimum, pour avoir un chien en bonne santé. Lorsque l’on achète un chiot, ce dernier a déjà reçu ses premiers vaccins mais un rappel (entre3 semaines et 1 mois après)est nécessaire. Ensuite ses vaccins sont à renouveler tous les ans à la même date.

Cas particulier de la rage :
vaccin obligatoire pour les chiens catégorisés, celui-ci ne se fait
pas avant les 3 mois du chiot. Il est lui aussi à renouveler tous
les ans.

En règle générale, un brossage et un bain de temps en temps
suffisent, attention toutefois à ne pas laver votre chien trop
souvent et à utiliser un shampooing adapté à son PH qui est
différend de celui de l’homme. Si le chien doit être lavé et
qu’il n’y a pas de shampooing pour chien à disposition, utiliser
simplement du produit vaisselle et proscrire les produits pour
l’homme. Attention, dans tous les cas, il faudra penser à bien
rincer votre chien.

Il faudra aussi penser à examiner votre chien sous toutes les coutures
régulièrement afin de pouvoir détecter toute infection de la peau,
des oreilles ou des yeux, mais aussi les parasites externes.

La vermifugation :

Il faut aussi penser à vermifuger votre animal.

Le calendrier de vermifugation se déroule comme suit :

tous les mois jusqu’aux 6 mois du chien

à ses 9 et 12 mois

ensuite 2 fois par an, soit tous les 6 mois

Il est important de vermifuger son chien, mais l’oubli d’un
vermifuge à date régulière n’est pas un problème si le chien
est vermifugé régulièrement depuis qu’il est chiot.

La pharmacie :

Lorsque l’on possède un chien, il est important d’avoir une pharmacie adaptée aux premiers soins :

un produit nettoyant pour les yeux et les oreilles

du sérum physiologique

des compresses et du sparadrap

un laxatif

du désinfectant style bétadine ou biseptine

une brosse pour éliminer le poil mort

un produit anti-puces et anti-tiques (souvent commercialisé sous forme
de pipette, spray, poudre ou collier)

des crochets anti-tiques (pour les retirer sans danger et sans douleur)

un désinfectant pour le nettoyage des « accidents » ou
autres
salissures (eau de javel (attention cela attire les chiens) ou
saniterpen (produit désinfectant antibactérien et dont
l’utilisation est la même que l’eau de javel)).

Ces produits se trouvent, en général, en animalerie ou chez votre
vétérinaire.
Pensez à toujours avoir avec vous le numéro de ce dernier et celui d’une clinique proche de chez vous assurant les urgences de jour comme de nuit (si votre cabinet vétérinaire est fermé).


De nos jours, trois maladies graves sont répertoriées comme telle chez l’American Staffordshire Terrier en particulier :

l'ataxie cérébelleuse et les dysplasies du coude ou de la hanche

L'ataxie cérébelleuse :

C'est une maladie génétique provoquant une dégénerescence du système nerveux.

Les symptômes apparaissent entre l’âge de 2 et 7 ans mais plus
fréquemment entre 3 et 5 ans.

Elle affecte la psychomotricité du chien avec divers symptômes tels qu’une mauvaise appréciation des distances, des tremblements, des trébuchements ou chutes lors de passages d’obstacles, une démarche vacillante, des crises de contraction musculaire…

Le caractère et le comportement du chien ne sont en général pas
affectés.

La maladie progresse lors des crises mais il y a alternance avec des périodes de rémissions.

La durée de l’évolution de la maladie varie de quelques mois à
plusieurs années, et au final, le chien devient incapable de se
déplacer.

C’est Marie ABITBOL, maître de conférence à l’Ecole Nationale
Vétérinaire de Maison-Alfort (94), qui a découvert la mutation
génétique responsable de la maladie. Elle a ainsi permis en
septembre 2008, de mettre en place un test génétique fiable pour
détecter cette maladie. Cette dernière se diagnostique par
exclusion des autres maladies et par confirmation par Imagerie par Résonnance Magnétique.

C'est une maladie autosomique récessive. Cela veut dire que seule la présence de 2 copies défectueuses du gène (une de la mère et une du père) provoque l’apparition de la maladie.

Le test génétique détermine le statut du chien parmi les cas
suivants :

 

tab atax

 

 Une chose est sûre, il s’agit d’une maladie incurable.

 

La dysplasie du coude :

C'est l’articulation humérus-radius-cubitus qui est touchée. Cette
anomalie provient d’un développement anormal de l’articulation
du coude, avec ou sans décollement de la pointe du coude (processus du muscle anconé), une anomalie qui entraîne une ostéo-arthrose précoce.

La définition générique de dysplasie du coude comprend trois
pathologies différentes ayant une symptomatologie semblable :
le détachement du processus du muscle anconé, la fragmentation du processus coronoïdien, l’ostéo-chondrite desséchante.

Ces pathologies, présentes seules ou associées chez le même sujet, entraînent un processus de dégénérescence articulaire.

Les races canines lourdes, avec une avant-main puissante, y sont
prédisposées.

La dysplasie du coude est identifiée par une boiterie des membres
antérieurs qui se manifeste progressivement et de façon
intermittente.

Le diagnostic doit être effectué à l’aide d’un examen
radiographique lorsque le chien a atteint l’âge de 6 mois.

Le pronostic est en général favorable si l’on effectue une
intervention chirurgicale avant que l’arthrose n’ait dégénérée.

 

La dysplasie de la hanche :

Elle concerne l’articulation coxo-fémorale. C’est un défaut de
constitution du lien entre le fémur et le bassin qui est dû à
plusieurs causes. Plus le temps passe, plus la dysplasie devient
évidente p
arce que la dégénérescence due à la laxité de l’articulation entraîne une difformité et un phénomène d’ostéo-arthrose.

Des stimulations extérieures, telles que le poids du chien et des
efforts moteurs, accentuent cette malformation. C’est le degré de gravité qui rend plus ou moins manifeste cette maladie, laquelle
peut apparaître à tout moment de la vie du chien.

Le diagnostic est effectué par un examen radiographique sous anesthésie générale pour permettre un relachement musculaire convenable. Cet examen est nécessaire chez les sujets ayant atteint l’âge de 1 an : il permet d’effectuer un diagnostic correct et d'écarter toute confusion avec d’autres affections présentant la même symptomatologie, comme la nécrose aseptique de la tête du fémur, les luxations et subluxations traumatiques, l’arthrose déformante,
etc…

Il est conseillé de s’adresser à un vétérinaire spécialisé qui
sache établir un diagnostic correct et interpréter la radio pour
déterminer la gravité de la dysplasie de la hanche.

D'abord diagnostiquée comme suspecte, la dysplasie peut ensuite être confirmée et cataloguée comme grave , moyenne, légère, quasi normale ou normale.

 

Les autres maladies principales (non exhaustives) :

Les puces :
la transmission est faite par contact direct et peut affecter
l’homme. Elles se situent généralement là où la peau est la
plus fine (tête, oreille, aisselles, cuisses…). Les piqûres
provoquent un prurit intense (démangeaisons). Il existe des
solutions efficaces pour lutter contre les puces telles que collier,
spray, pipettes, etc …

Les tiques :
la transmission est faite par un milieu infesté et peut affecter
l’homme. Le parasite enfonse son rostre dans la peau du chien et
provoque un prurit intense. Les tiques sont responsables de la
piroplasmose ou de la maladie de lyme, toutes deux transmissibles à l'homme.

La piroplasmose :
transmise par le piroplasme, cette maladie attaque les globules
rouges du sang. Cela entraîne un abattement du chien, une forte
fièvre, la coloration des urines (brun sombre) et une anémie. La
contamination a lieu généralement au printemps et à l’automne.
Il existe un vaccin mais ce dernier n’est pas efficace à 100%.
Elle peut être mortelle pour l’animal si elle n’est pas détectée
à temps (48h).

Maladie de Lyme :
c’est une affection dûe à un micro-organisme spirochète, voisin
des leptospires. Elle débute chez le chien généralement sous forme peu évocatrice telle qu’anorexie, fatigue, léthargie, abattement et fièvre. Le symptôme le plus typique est une boiterie atteignant surtout l’articulation carpienne qui apparaît par la suite, la zone malade est chaude et gonflée. Son diagnostic consiste à écarter toutes les autres causes possibles de boiterie.

La leishmaniose :
transmise par un moustique, le phlébotome, elle est principalement
présente dans le sud de la France (bassin méditerranéen) et peut
être transmissible à l’homme. Elle se caractérise par un
amaigrissement du chien, une ulcération de la truffe. Elle évolue
vers des lésions oculaires avec gonflement des ganglions. Il existe
un traitement contre cette maladie.

La dirofilariose :
ce sont les moustiques du bassin méditerranéen qui sont les
vecteurs de ce parasite, le dirofilaria. Cette maladie se caractérise par des vers qui se logent dans le cœur ou l’artère pulmonaire, entraînant ainsi une insuffisance cardiaque ou embolie pulmonaire. Un traitement existe mais il est très long.

L’ehrlichiose :
transmise par les tiques, elle se caractérise par un manque
d’appétit, un abattement, de la fièvre, des saignements de nez et
une anémie. Elle est détectée par prise de sang et il existe un
traitement antibiotique qui dure quelques semaines.

La toux du chenil :
c’est parce qu’elle se transmet entre chiens vivants ensemble
qu’elle est ainsi nommée et non pas parce que le chien vit en
chenil, c’est une maladie très contagieuse. Elle entraîne des
troubles respiratoires et une toux caractéristique. Un vaccin existe mais son efficacité est parfois variable.

La parvovirose :
elle concerne tous les chiens, (chiots ou adultes), et les symptômes sont généralement une perte d’appétit, des vomissements, des diarrhées hémorragiques persistantes, une déshydratation et une léthargie. Un traitement entrepris le plus tôt possible permet de venir à bout de cette maladie.

La leptospirose :
transmise principalement par les rats, mais aussi par l’eau
croupie, l’urine ou les déjections, elle est contagieuse.
Transmissible à l’homme, elle peut revêtir 3 formes : rénale
(insuffisance rénale aigüe), digestive (gastro-entérite
accompagnée d’hémorragies), hépatique (apparition de jaunisse).
Il existe un vaccin pour cette maladie.

La maladie de carré :
elle est d’origine virale et touche principalement les chiots. Elle
est souvent mortelle. Contagieuse par simple contact, elle
s’apparente à un gros rhume : écoulement au niveau des yeux
et de la truffe, toux et forte fièvre. Plus la maladie évolue, plus
le chien s’affaiblit. Il existe une forme intestinale qui entraîne
diarrhées et vomissements. La vaccination contre ce virus se révèle efficace et doit être systématiquement pratiquée chez le chiot.

 

Il existe encore bien d’autres maladies :

l'hépatite contagieuse ou maladie de Rubarth

la rage

la gale

la teigne

 

Votre chien n’est pas non plus à l’abri de fractures, entorses,
coupures, brûlures, piqûres, morsures par un autre animal, coup de
chaleur, inflammation des coussinets, empoisonnement, torsion
d’estomac, occlusion intestinale ou intoxication...

D'où l’importance de bien connaître votre chien pour pouvoir savoir quand il est malade, et ainsi pouvoir lui prodiguer les soins nécessaires car certaines maladies peuvent être mortelles.